Promotion 2018-19

La nouvelle promotion a fait sa rentrée le 10 septembre. Tous sont diplômé.es de BTS Gemeau, BTS Métiers de l’eau, DUT Génie biologique, BTS Anabiotech ou d’une L2, ils ont pour projet de travailler dans le domaine de la gestion et du traitement des eaux ou des déchets. Bienvenue à Albi !

Visite d’une unité de méthanisation

Les étudiants de l’option déchets et ceux de la licence pro Gestion de projets Energie-Climat se sont rendus en ce mois de février à Anglès (Tarn) afin de visiter l’unité de méthanisation du GAEC de Trévi. C’est un procédé discontinu, par voie sèche qui traite environ 2 000 tonnes de fumiers par an issus de plusieurs exploitations agricoles. Le biogaz alimente un co-générateur de 64 kW. L’électricité est revendue à EDF et la chaleur alimente les 4 digesteurs couloir (Silogaz) ainsi que les maisons d’habitation de l’exploitation et une petite unité de séchage de foins.

 

Portrait d’ancienne étudiante : Daphné, chargée d’études en traitement de l’eau

Daphné, promotion 2015, est aujourd’hui Chargée d’études en traitement de l’eau chez Opure, en Dordogne depuis septembre 2017.

Elle témoigne : « Suite à l’obtention du diplôme LP GPE en juin 2015, j’ai poursuivi mes études en master management de l’environnement, valorisation et analyse (MAEVA) situé à Marseille en spécialité SSDE, sols sites déchets et environnement.Cette formation a pour but de former des spécialistes de la gestion des sols naturels et dégradés, du traitement des pollutions de sols, de réhabilitation de sites contaminés, et de gestion des déchets (tri, traitement, entreposage, stockage, valorisation) aussi bien dans le domaine appliqué que dans la recherche fondamentale.

Ne perdant pas de vue mon objectif personnel de me rapprocher du domaine de l’eau et de l’assainissement, j’ai réalisé mon stage de master chez Opure (entreprise du traitement de l’eau du groupe Etchart) dans leur agence du Centre à Tours dans le service de R&D. Mes missions étaient les suivantes :

  • Faire un état des lieux (technique et réglementaire) et un schéma d’action pour Opure au sujet de la gestion et du traitement des eaux pluviales, dont la réalisation d’une étude de faisabilité sur la gestion et le traitement des eaux pluviales par des toitures végétalisées en partenariat avec l’entreprise Le Prieuré Végétale.
  • Réaliser une étude de faisabilité dans le domaine de la water REUSE pour la réutilisation des eaux grises dans les bâtiments.
  • Organiser et réaliser des essais (batch, colonnes, pilotes) sur des nouveaux matériaux réactifs pour le traitement du phosphore et de l’azote pour optimiser la filière végétale d’Opure. La filière végétale d’Opure est en constante évolution pour répondre au mieux aux exigences de la réglementation en termes de performance d’épuration sur les polluants. Nous comptons à ce jour 3 brevets pour cette filière dont le dernier correspond à un filtre planté avec aération forcée.

 

Vos missions :

Actuellement je suis chargée d’études, c’est-à-dire que je réponds aux appels d’offre qui concernent les stations d’épuration.

J’ai été embauchée pour développer le secteur sud d’Opure concernant la filière végétale. Je suis donc actuellement basée à l’agence du sud en Dordogne au Buisson-de-Cadouin (24) vers Périgueux. Je suis spécialisée dans les stations de filtres plantés pour les effluents domestiques mais je peux aussi être amenée sur des projets de renaturation des cours d’eau et de zones de rejets végétalisées (ZRV).

Mes clients sont ceux qu’on appelle les maîtres d’ouvrage, ils peuvent être des communautés de commune, des mairies, des syndicats des eaux ou des particuliers (campings, hostelleries), ils jugent l’offre dans sa globalité (et tranchent généralement en faveur du prix). Mon interlocuteur direct pendant toute la durée de l’étude est le maître d’œuvre à qui je pose mes questions techniques, c’est généralement le maître d’œuvre qui juge l’offre sur son aspect technique. Mes outils du quotidien sont Microsoft Office et Mensura (pour les plans) et je suis également amenée à faire des visites terrains, des réunions de chantier et commerciales. L’étude d’une offre en filtre planté dure généralement 2 semaines (+ ou -) mais pour certaines périodes denses, il n’est pas impossible d’avoir à travailler plusieurs offres en même temps, ce qui demande un certain sens de l’organisation !

Un conseil que vous donneriez aux étudiants de licence pro qui cherchent du travail / en sortie de formation :

  • N’ayez pas peur de la mobilité, elle ne peut que vous enrichir.
  • Ne négligez pas vos stages, ils sont très importants pour acquérir de bonnes bases/méthodes mais ils donnent aussi une première image de vous dans le monde du travail et elle peut, selon votre attitude, vous être favorable ou non pour la suite !!

Information que je désire communiquer :

Actuellement le domaine des déchets et des sites et sols pollués est très demandeur, les offres de poste sont régulières et je suis convaincue que c’est un domaine qui ne pourra que se développer à l’avenir avec ; des optimisations de process pour favoriser le tri et le recyclage, des opérations de communication pour promouvoir les règles de bon sens sur les déchets qui ne sont pas évidentes pour tout le monde en France, des portes ouvertes sur des nouvelles méthodes de traitement, recyclage et pour les sols de nombreuses anciennes friches industrielles à dépolluer (entre autre)…

Insertion professionnelle promotion 2017

Régulièrement, nous recevons des nouvelles des anciens étudiants, et notamment ceux de la promotion sortie en juin 2017 .

Quelques postes occupés et structures :

  • technicien étude boues au SYDED du Lot
  • technicien préleveur au laboratoire Phytocontrol à Toulouse
  • technicien exploitation chez SAUR à Toulouse
  • technicienne préleveuse Laboratoire vétérinaire des Eaux et des sols du Gers
  • technicien d’études eau et environnement dans le bureau d’études CEREG ingénierie, à Toulouse
  • technicien sol et assainissement dans le bureau d’études Géonord-Agéo à Anzin-Saint-Aubin, près d’Arras.
  • technicien eau potable et assainissement à la communauté de communes du Pays d’Apt Luberon.

Félicitations !

 

Les projet tuteurés, novembre 2017

Le projet tuteuré, mené sur des thématiques de valorisation des déchets ou de traitement de l’eau, exige précisions, concentration… et polyvalence : au laboratoire de l’INU Champollion, pour le prélèvement d’échantillons en vue des analyses d’eau de la zone humide ; à l’atelier et à la plate-forme technologique GH2O du Campus Albi-Fonlabour pour le perçage et la préparation de pièces destinées à un pilote de traitement des eaux usées.

Portrait d’ancienne étudiante : Manon, Chargée de mission Environnement Déchets

Manon, promotion 2015, est aujourd’hui Chargée de Mission « Environnement – Déchets » au sein de la Communauté de Communes du Lautrécois – Pays d’Agout dans le Tarn depuis août 2017.

Elle témoigne : «Après plusieurs CDD, dont un en tant qu’animatrice du tri et de la prévention au SIPOM de Revel (31), je fais maintenant un métier passionnant qui correspond aux débouchés de la licence professionnelle. Mes missions :

  • Je m’occupe de répertorier tous les points de regroupement existant sur le SIG (Système d’Information Géographique) pour ensuite re-étudier les tournées car deux nouvelles communes vont être rattachées à la collectivité.
  • Je crée des supports de communication.
  • Je gère les emplois du temps des ripeurs (congés/remplacement)
  • Je fais de la gestion administrative et financière (réalisation de bilans d’activités)
  • Je remplace mon collègue chargé du SPANC.

Un conseil que je donnerais aux étudiants de licence pro : n’hésitez pas à accepter un travail même s’il ne correspond pas à votre formation. Il ne peut que vous enrichir.

 

Projets tuteurés : 1ère semaine

En licence pro, on peut avoir les pieds dans l’eau… et dans le fumier !!

1ère semaine de projet tuteuré pour les étudiants, accompagnés par l’équipe de la plate-forme technologique GH2O du lycée Fonlabour. Il y a ceux qui ont bravé le froid au GAEC de Trévi, à Anglès, pour travailler sur l’unité de méthanisation, alors que d’autres s’activaient  sur la zone humide de Fonlabour pour la pose d’un bilan pollution. Du côté de l’exploitation de Bellegarde, assemblage et réglage du  méthaniseur à voie sèche.