Programme

VENDREDI 27 MARS 2020 – MATINÉE

Session 1 : Introduction et panorama général

  • 8h30 : accueil des participants
  • 8h45 : Introduction du colloque, Caroline Barrera (INU Champollion) & Jacques Cantier (Université Toulouse-Jean Jaurès)
  • 9h : La guerre et les universitaires toulousains. Mobilisations et opportunités scientifiques (XIX-XXe siècle), Caroline Barrera (INU Champollion)

Session 2 : La mobilisation opérationnelle

  • 9h30 : Des médecins incompétents ?  La crise de légitimité des experts médicaux du recrutement en Grande-Bretagne, 1914-1918, Aude-Marie Lalanne Berdouticq (Université Paris-Nanterre)
  • 10h :  La médecine tropicale italienne dans l’organisation du conflit italo-éthiopien (1935-1936), Costanza Bonelli (Université de Rome La Sapienza)

10h30 : pause

  • 10h45 : Sur le terrain : les difficultés et stratégies des chercheurs en sciences sociales face aux officiers américains (1941-1953), Hélène Solot (EHESS)
  • 11h15 : Sur le tournage d’Ivan le terrible (S. Eisenstein, 1943-1944) : le cinéma soviétique mobilisé au service de la victoire, Natacha Laurent (Université Toulouse-Jean Jaurès)

11h45 : questions

VENDREDI APRÈS-MIDI

Session 3 : Préparer la guerre

  • 14h :  L’invention et le renouvellement de la géographie militaire française depuis le XIXe siècle. Comment la science géographique permet-elle d’anticiper et de conduire la guerre ? Philippe Boulanger (Sorbonne Université Lettres)
  • 14h30 : Les enjeux de la cartographie face aux guerres napoléoniennes : les ingénieurs- géographes et la réalisation de la Carte Militaire du Royaume d’Italie, Valentina De Santi (Université de la Suisse italienne/Archivo del Moderno)

15h : pause

  • 15h15 : Contested Nuclear Visions: Civil-Military Relations, Atomic Weapons, and the Cold War Mobilisation of the Commissariat à l’Énergie Atomique, John William Sutcliffe IV (Université de Leeds).

15h45 : Questions

  • 16h15 – Science et culture en temps de guerre, éclairages sur les collections du Musée de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne,  Catherine Monnot-Berranger et Déborah Savio (Musée départemental de la Résistance et de la Déportation)

17h : questions

17h30 : fin de la première journée

 

SAMEDI MATIN 28 MARS 2020

Session 4 : Science et culture en situation d’enfermement

  • 9h : « Persévérer dans son être » Culture et sciences dans les camps d’internement civil français (1914-1920), Ronan Richard (Université de Rennes).
  • 9h30 : L’âme des camps : une mise en scène de la vie culturelle des prisonniers français en Allemagne de 1940 à 1944. Les ambiguïtés d’une exposition vichyste, Jacques Cantier (Université Toulouse-Jean Jaurès)
  • 10h : (S’)exposer pour se « ré-orienter » : les pratiques culturelles des prisonniers de guerre, entre productions allemandes et programme français (1944-1948), Fabien Théofilakis (Université de Paris 1)

10h30-10h45 : pause

  • 10h45 : L’Ecole de la Croix jaune et l’université de Newengamme, Marie-Thérèse Duffau.  (CNRS)
  • 11h15 : Entre science et reconnaissance : quand les anciens d’Indochine se font historiens, Julien Mary (MSH SUD Université Montpellier 3)

11h45 : questions

 

SAMEDI APRÈS-MIDI 28 MARS 2020

Session 5 : La science et la guerre. Opportunités ou contraintes ?

  • 14h : Choisir son camp : L’Axe ou les Alliés ? Les universités roumaines pendant la Deuxième Guerre mondiale, Ana-Maria Stan (Université de Cluj, Roumanie)
  • 14h30 : Guerre et circulations transnationales du modernisme agronomique : de quelques origines allemandes et vichystes de la modernisation agricole française d’après 1945, Margot Lyautey (EHESS, Université de Tübingen) et Christophe Bonneuil (CNRS-EHESS)
  • 15h : La mécanique des fluides à Toulouse durant la Seconde Guerre mondiale : entre opportunités et concurrences disciplinaires, François Charru (Toulouse, IMFT) et Antonietta Demuro (ESPE, Université de Lille).

15h30-15h45 : pause

  • 15h45 : Le Pic du Midi de Bigorre durant les deux guerres mondiales, Jean-Christophe Sanchez (Framespa)
  • 16h15 : Une expédition ethnographique au Paraguay au temps de la Guerre du Chaco, Veruska Alvizzuri (Framespa)
  • 16h45 : Contributions et controverses des ethnologues chinois formés en France au sein des « Etudes politiques de la frontière » en Chine entre 1920s et 1940s« , XU, Lufeng (INALCO).

17h15 : Questions

  • 18h : Conclusions, Caroline Barrera (INU Champollion) & Jacques Cantier (Université Toulouse-Jean Jaurès)

 

0