Les différentes formations et connaissances à acquérir

Pour accéder à la profession, le viticulteur peut effectuer différentes formations.
Tout d’abord, les viticulteurs doivent respecter une certaine tradition dans la fabrication du vin et ont un héritage à préserver, en fonction du vignoble dans lequel ils exercent. De plus, il existe plusieurs formations pour accéder au métier, qui peuvent aller du CAP jusqu’au diplôme d’ingénieur. Tout d’abord, après la 3ème, il y a le CAP agricole « métiers de l’agriculture », puis vient ensuite, au niveau bac, le Bac Pro « conduite et gestion de l’exploitation agricole option vigne et vin ». Dans les études supérieures, il y a le BTS « viticulture-œnologie », ainsi que les diplômes d’ingénieur, comme le Diplôme national d’œnologue (DNO), que l’on peut passer dans certaines écoles spécialisées, comme l’ENSAT de Toulouse (École Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse) ou celle de Montpellier. Grâce à ces diplômes, l’apprenti viticulteur acquiert des connaissances fondamentales sur la viticulture et apprend les techniques et savoir-faire du métier. En effet, face à l’exigence des consommateurs et à une concurrence de plus en plus présente, les viticulteurs doivent être bien formés, afin d’assurer la meilleure production de vin possible. Par ailleurs, plus le viticulteur aura une formation élevée, plus il pourra évoluer dans la hiérarchie viticole : par exemple, il peut devenir propriétaire d’une plantation, chef d’équipe, ou encore responsable marketing et négociant.

Les formations d’aujourd’hui peuvent aussi proposer l’accès à de nouveaux modes d’agriculture, tel que la viticulture biologique ou la viticulture raisonnée. Après leur formation, les viticulteurs se dirigent vers les grands domaines d’emploi viticole en France, qui correspondent aussi aux grandes régions viticoles (ex : région de Bourgogne). Le viticulteur doit aussi être passionné par la nature et par le vin, avoir de bonnes connaissances sur les facteurs du climat sur la vigne, qui peuvent impacter sur le rendement et la récolte, ou encore être un bon agronome. La connaissance des maladies de la vigne est aussi nécessaire pour les viticulteurs, afin de savoir quelles maladies menacent la vigne et sa culture, et quelles sont les solutions pour faire face à ces dernières (ex : celle du phylloxéra).

0