Entretien avec des professionnels

 

Le métier de Caviste s’exerce de différentes manières suivant les lieux où la cave se situe mais également suivant les demandes des consommateurs. Afin de voir la diversité du métier nous avons interrogé deux cavistes dans le département du Tarn, et ainsi pu analyser la réalité du métier. Vous pouvez retrouver notre grille de question ici.

Notre premier choix s’est donc porté sur la notion de terroir viticole, avec la ville de Gaillac. La « Cave de Gaillac » est une entreprise familiale qui se transmet de père en fils depuis quatre générations. Professionnel du domaine viticole, le caviste de gaillac assure ses connaissances sur le vin, sur les techniques de vente, mais aussi sur la production car il a la particularité d’être aussi vigneron et donc de produire son propre vin. Tout en proposant une large gamme de produits, le caviste gaillacois reste surtout centré sur du vin de la région et porte plus le conseil sur les produits du terroir. Le métier de caviste est avant tout pour lui une passion qui doit être accompagnée d’une forte connaissance du vin et non de connaissance excessive des techniques de vente, car pour lui, la connaissance du produit suffit pour réaliser des ventes.

En second choix, nous avons choisi d’interroger le caviste d’ « O lieu divin » dans la ville d’Albi, située à une vingtaine de kilomètres de Gaillac. En effet les différences ont été flagrantes dès les premières minutes. Tout d’abord, il propose dans sa gamme de produits, des vins venant de plusieurs régions de France afin de diversifier les goûts et ainsi faire découvrir aux consommateurs des produits qu’ils n’ont pas l’habitude de boire. C’est ainsi que les produits de Gaillac sont très peu vendus dans son commerce, du à la proximité des deux villes. Pour ce caviste albigeois, les connaissances viticoles ne suffissent pas à faire de lui un bon caviste, il est important d’être aussi un bon commercial, car l’un ne va pas sans l’autre.

Les deux cavistes interrogés ont eu un parcours de formation totalement différent. Le caviste gaillacois poursuit l’affaire familiale et a grandi dans le monde du vin gaillacois. Il a suivi des formations de vigneron et de sommelier et a aussi beaucoup appris auprès de son père. Quand au caviste albigeois, il n’a pas suivi de formation pour devenir caviste car il s’agit d’une reconversion professionnelle. Il a appris son métier en lisant des livres sur le vin, en visitant des caves et en allant dans des salons viticoles. Bien qu’il existe des syndicats et des fédérations de cavistes, nos deux professionnels ne sont membres d’aucune fédération, et gardent ainsi leur autonomie afin de proposer ce qu’ils souhaitent dans leurs caves.

Malgré des divergences d’opinions, les deux cavistes sont d’accord pour dire que le métier qu’ils exercent est avant tout une passion, une envie de conseiller et d’échanger avec les consommateurs.

0